Robot industriel : les robots semblent améliorer la productivité

440 0
Les robots et la productivité

Il y a près de 30 ans, en 1987, Solow, un économiste prix Nobel d’économie, a étudié l’impact des TI sur l’économie et a conclu que l’ère informatique est visible partout sauf dans les statistiques de productivité. La boutade de Solow a cristallisé une rupture frustrante dans les années 1980. Pourquoi un boom technologique observé a-t-il coïncidé avec un effondrement prolongé des données sur la productivité ? Les entreprises utilisaient des ordinateurs, mais elles ne semblaient pas devenir plus productives. Mais quid pour les robots industriels ?

Étrangement, il a fallu encore sept ans pour que la croissance de la productivité aux États-Unis s’accélère. Enfin, les ordinateurs que Solow et tous les autres ont vus autour d’eux étaient devenus visibles dans les statistiques. Cela a juste pris un certain temps.

Maintenant, les robots industriels sont partout, mais ils sont aussi un objet de confusion

Début avril, un groupe de réflexion a publié une étude qui blâmait les robots et l’automatisation pour le fait que de nombreux emplois répétitifs ont pratiquement disparu de la reprise économique. Et pourtant, comme il l’a fait remarquer récemment, malgré toutes les preuves anecdotiques selon lesquelles l’automatisation entraîne des licenciements massifs et augmente vraisemblablement la productivité, les statistiques de productivité au cours des douze dernières années sont sombres.

Encore une fois, quelque chose ne parvient pas à calculer. De plus, le fait qu’il n’y a pas eu beaucoup de recherches macroéconomiques sur l’impact des robots n’a fait qu’ajouter à la confusion. Les commentateurs ont été largement contraints de s’appuyer sur des anecdotes.

Toutefois, les données empiriques commencent à se répandre, ce qui pourrait contribuer à dissiper le paradoxe actuel. Présentée dans un nouvel article, l’analyse proposée, offre certaines des premières recherches macroéconomiques rigoureuses et conclut que les robots industriels ont été un moteur important de la productivité du travail et de la croissance économique.

Pour alimenter leur analyse, ils utilisent de nouvelles données de la Fédération internationale de robotique pour analyser l’utilisation de robots industriels dans 14 industries dans 17 pays entre 1993 et 2007. Qu’est-ce qu’ils trouvent ? Dans l’ensemble, ils concluent que l’utilisation de robots dans l’industrie manufacturière a augmenté la croissance annuelle de la productivité du travail et du PIB de 0,36 et 0,37 point de pourcentage, respectivement, entre 1993 et 2007. Cela peut paraître peu, mais cela représente 10% de la croissance totale du PIB dans les pays étudiés et 16% de la croissance de la productivité du travail sur cette période.

De plus, pour mettre ce gain en contexte, il convient de noter que la contribution des robots à la croissance de la productivité dans les années 1990 et 2000 est comparable à celle d’une véritable technologie générale (TPG) – une technologie qui a un impact omniprésent et durable sur un certain nombre d’industries dissemblables. Ils calculent, par exemple, que la robotique a récemment augmenté la productivité du travail d’environ 0,35% par an – ou d’environ la même quantité que la machine à vapeur, un exemple classique de GPT, pendant les années 1850 à 1910.

Plus récemment, d’autres analyses ont montré que la révolution informatique omniprésente a soutenu 0,60% de la croissance de la productivité du travail et 1,0% de la croissance globale en Europe, aux États-Unis et au Japon entre 1995 et 2005. C’est environ deux à trois fois la contribution de la robotique jusqu’à présent, mais les taux d’investissement en TI durant ces années étaient aussi cinq fois plus élevés que ceux des robots industriels durant la période de 1993 à 2007. Comme de nombreux économistes l’ont fait remarquer, les chiffres de la productivité sont souvent assez difficiles à calculer dans les nouvelles catégories de technologies et peuvent être supérieurs ou inférieurs aux estimations officielles. Néanmoins, dans la mesure où l’on peut se fier aux données de productivité erronées d’aujourd’hui, les travaux donnent à penser que la jeune révolution de la robotique va être très importante.

Et pourtant, il y a une autre question cruciale qu’il faut se poser, à savoir si l’impact des robots sur la productivité entraîne des pertes d’emplois.

Considérez qu’entre 1993 et 2007 (la période étudiée), les États-Unis ont augmenté de 237% le nombre de robots utilisés comme une partie des heures totales de travail de fabrication (une mesure standard de la production économique). Au cours de la même période, l’économie américaine a perdu 2,2 millions d’emplois dans le secteur manufacturier.

Robots industriels et perte d’emploi

Robot industriel et travailAlors, y a-t-il une relation entre l’utilisation de robots industriels et la perte d’emploi ? La variation substantielle du degré auquel les pays déploient des robots selon les données devrait fournir des indices. Si les robots remplacent les travailleurs humains, on pourrait s’attendre à ce que les pays où les taux d’investissement dans l’automatisation sont les plus élevés aient connu une plus grande perte d’emplois dans leur secteur manufacturier.

Par exemple, l’Allemagne déploie plus de trois fois plus de robots par heure travaillée que les États-Unis, en grande partie grâce à la robustesse de l’industrie automobile allemande, qui est de loin l’industrie la plus intensive en robots (avec 10 fois plus de robots par travailleur que l’industrie moyenne). La Suède compte 60 % de robots par heure travaillée de plus que les États-Unis grâce à ses industries métalliques et chimiques hautement techniques.

Cependant, ces données ne correspondent pas aux attentes. D’après les calculs, il n’y a, pour l’essentiel, pas encore de relation visible entre l’utilisation de robots et le changement dans l’emploi manufacturier. Malgré l’installation de beaucoup plus de robots entre 1993 et 2007, l’Allemagne n’a perdu que 19% de ses emplois manufacturiers entre 1996 et 2012, contre une baisse de 33% aux États-Unis (nous introduisons un délai de trois ans pour permettre aux robots d’influencer le marché du travail et avons poursuivi avec les données les plus récentes, 2012). La Corée, la France et l’Italie ont également perdu moins d’emplois manufacturiers que les États-Unis, même s’ils ont introduit plus de robots industriels. D’autre part, des pays comme le Royaume-Uni et l’Australie ont moins investi dans les robots, mais ont connu des baisses plus rapides dans leur secteur manufacturier.

De leur côté, ils voient aussi beaucoup d’ambiguïté dans l’influence de la robotique sur la main-d’œuvre. Ils ne peuvent exclure qu’il n’y ait pas d’effet de la densification des robots sur les niveaux d’emploi nationaux. Mais ils constatent des impacts variés et biaisés en fonction des compétences. Et pourtant, comme il l’a fait remarquer récemment, malgré toutes les preuves anecdotiques selon lesquelles l’automatisation entraîne des licenciements massifs et augmente vraisemblablement la productivité, les statistiques de productivité au cours des douze dernières années sont sombres.

De plus, le fait qu’il n’y a pas eu beaucoup de recherches macroéconomiques sur l’impact des robots n’a fait qu’ajouter à la confusion.

L’utilisation de robots industriels

Les commentateurs ont été largement contraints de s’appuyer sur des anecdotes. Toutefois, les données empiriques commencent à se répandre et ceci pourrait contribuer à dissiper le paradoxe actuel. Présentée dans un nouvel article, l’analyse proposée offre certaines des premières recherches macroéconomiques rigoureuses et conclut que les robots industriels ont été un moteur important de la productivité du travail et de la croissance économique.

Pour alimenter leur analyse, ils utilisent de nouvelles données de la Fédération internationale de robotique pour analyser l’utilisation de robots industriels dans 14 industries dans 17 pays entre 1993 et 2007. Qu’est-ce qu’ils trouvent ? Dans l’ensemble, ils concluent que l’utilisation de robots dans l’industrie manufacturière a augmenté la croissance annuelle de la productivité du travail et du PIB de 0,36 et 0,37 point de pourcentage, respectivement, entre 1993 et 2007.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *