Qu’est-ce que le commerce équitable ?

258 0

Le commerce équitable est un partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, qui vise une plus grande équité dans les échanges internationaux. Il a pris son émergence dans les années 80, en même temps que la mondialisation.

Le commerce équitable en quelques mots

Le commerce équitable fait parti intégrante du commerce international et de la mondialisation. Même s’il est souvent vu comme la bête noire des humanistes, il est possible de trouver plusieurs avantages au libre-échange. Le commerce équitable intervient cependant, dans une logique de contre pouvoir et dans une dynamique plus globale d’altermondialisme.

Objectif

Le commerce équitable a pour objectif de réduire la pauvreté des agriculteurs et des travailleurs des pays en développement. Cela signifie non seulement les payer davantage, mais aussi les aider à améliorer leurs produits et leurs savoirs faire. Le commerce équitable vise aussi à renforcer les petites communautés et à protéger l’environnement local afin que leurs ressources naturelle soient encore disponibles pour les générations futures.

Il existe de nombreuses organisations impliquées dans le commerce équitable. Certains grands principes ont été défini pour encadrer ce type de commerce.

Les grands principes du commerce équitable

1. Pas d’intermédiaires

Les importateurs spécialisé dans le commerce équitable travaillent avec les producteurs aussi directement que possible. Supprimer les intermédiaires permet souvent d’avoir de meilleures marges sur le produit vendu. Dans ces conditions, les salaires des paysans seront plus élevés.

Pour faciliter leur gestion, les commerçants équitables traitent souvent avec des collectifs ou des groupes de petits producteurs qui gèrent leurs propres exploitations avec peu ou pas de main-d’œuvre salariée. C’est par exemple le cas du Mexique avec la gestion des Agaves BIO  (l’agave est une plante succulente à la base de la tequila).

Pour respecter les normes du commerce équitable, les sociétés de gestion doivent être gérées de manière démocratique, chaque agriculteur obtenant un vote et partageant leurs bénéfices à parts égales entre tous les membres.

2. Payer le prix juste

Le commerce équitable garantit aux agriculteurs un prix minimum raisonnable pour leurs cultures, peu importe la baisse des prix du marché. Les acheteurs promettent de payer rapidement les producteurs pour leurs produits, et les producteurs promettent à leur tour de verser un salaire équitable à tous leurs travailleurs.

Les acheteurs accordent également des crédits à leurs producteurs – par exemple, en les payant avant la récolte – pour s’assurer que les producteurs disposent de toutes les ressources nécessaires pour remettre leurs produits à temps.

3. Conditions de travail décentes

Le commerce équitable exige que les agriculteurs fournissent des conditions sûres et saines à leurs travailleurs. Il interdit également toute utilisation du travail des enfants et du travail forcé, qui sont répandus dans de nombreuses régions du monde – en particulier dans les plantations de cacao, comme l’a rapporté CNN en 2012.

Les règles du commerce équitable interdisent toute forme de maltraitance, de harcèlement et de discrimination, y compris la discrimination en fonction de l’affiliation politique ou de l’affiliation à un syndicat.

4. Relations respectueuses

Le commerce équitable favorise une communication ouverte et honnête entre producteurs, acheteurs et consommateurs. Les distributeurs du commerce équitable font de leur mieux pour donner aux producteurs les informations dont ils ont besoin sur les conditions du marché, partager ce qu’ils savent sur les meilleures pratiques de culture et fournir une assistance technique en cas de besoin.

Les importateurs cherchent à établir des relations à long terme avec les producteurs et travaillent avec eux pour résoudre les problèmes qui se posent.

5. Développement communautaire

En plus du prix normal de leurs produits, les producteurs gagnent une prime du commerce équitable pour investir dans leurs communautés. Ces fonds sont destinés à des projets tels que la construction de nouvelles écoles, la fourniture de bourses d’études, l’amélioration de la nutrition et des soins de santé et la construction de puits.

Les agriculteurs peuvent également investir de l’argent dans leurs activités, en l’utilisant pour l’irrigation des champs ou pour la certification biologique, ce qui peut leur permettre de générer des prix plus élevés pour leurs cultures à l’avenir.

6. Durabilité environnementale

Bien que tous les produits du commerce équitable ne soient pas biologiques, les agriculteurs sont tenus d’adopter des pratiques de culture durables qui protègent les ressources naturelles, y compris l’eau, le sol et la végétation naturelle.

L’utilisation de pesticides et d’engrais – en particulier les plus nocifs – est restreinte. Les agriculteurs s’engagent également à utiliser efficacement l’énergie et à gérer les déchets de manière appropriée, en réduisant, en réutilisant et en recyclant autant que possible. L’utilisation d’organismes génétiquement modifiés (OGM) est spécifiquement interdite pour tous les produits du commerce équitable.

7. Respect de la culture locale

Les distributeurs du commerce équitable promettent de respecter le patrimoine culturel des producteurs avec lesquels ils travaillent. Ainsi, les producteurs peuvent conserver leurs traditions tout en augmentant leur production pour répondre aux demandes du marché.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *