La scarification : l’oubliée du jardinage et de l’entretien des espaces verts

848 0
jardinage planter

Au printemps, si la température dépasse les 12°C, l’herbe recommence à pousser. Cependant, entre-temps, la pelouse a été négligée. Les résidus de la tonte, l’herbe morte et les racines ont formé une couche spongieuse au fond de la surface de la pelouse. C’est un terrain idéal pour la prolifération des champignons et des germes. Cette couche retient également l’eau : le sol reste humide pendant longtemps. Vous avez ici le biotope idéal pour l’émergence et la prolifération de la mousse. Dans cet environnement, les mauvaises herbes se propagent de manière intempestive et incontrôlée…

Le scarificateur, en thérapie ou en prévention

Les mauvaises herbes et les mousses à croissance rapide masqueront toute la lumière et étoufferont votre sol, l’empêchant de puiser les nutriments, l’eau et la lumière dont il a besoin pour sa fertilité, mais aussi son esthétique. Il est donc important d’intervenir, d’abord en mode « thérapeutique », le cas échéant, puis en préventif.

La pulvérisation est un moyen très efficace pour tuer les mauvaises herbes et les mousses. Cependant, la couche de mousse morte reste dans la pelouse, ce qui empêche la lumière et l’air de pénétrer jusqu’à la racine de l’herbe. De plus, cela rend le sol plus acide. Cette couche doit être enlevée mécaniquement. Et c’est ici qu’un bon scarificateur va entrer en action. On ne peut ici que vous renvoyer sur le dossier du spécialiste Wizza : https://www.weeza.fr/scarificateur/.

scarificateur manuel

Le scarificateur et l’importance des lames d’incision

De visu, depuis une perspective extérieure, le scarificateur n’a pas forcément bonne allure. C’est en somme une machine de jardinage pas très esthétique, comme la motobineuse ou encore le désherbeur thermique. En revanche, côté pratique, c’est tout simplement un petit bijou qui deviendra très vite votre allié de jardinage et d’entretien des espaces verts. Il vous permettra d’ameublir, de retourner, de décompacter et de scarifier le sol pour dégager cette couche de chaume et de feutrage qui l’empêche de respirer.

Le fonctionnement est simple. Fort de ses lames, le scarificateur va réaliser des incisions plus ou moins profondes dans le sol (selon les réglages de l’utilisateur) pour déloger ce qui entrave la fertilité du sol. On scarifie la terre deux fois par an, en règle générale : au début du printemps, puis au début de l’automne.

Il est important pour choisir les lames les mieux adaptées au type de gazon sur lequel vous travaillez habituellement. Les lames sont toujours fixées à un arbre hexagonal en acier. Elles sont montées sur l’arbre en forme de spirale. Des entretoises en nylon résistant à l’usure fixent les lames pour les maintenir fermement en position.

Pendant le travail de scarification, les lames doivent saisir, racler et soulever la couche de chaume et de mousse sous votre pelouse. La pointe de la lame joue un rôle crucial. De nombreuses lames perdent leur tranchant après quelques heures, perdant ainsi leur capacité à enlever le chaume. Par conséquent, les utilisateurs ont vite tendance à régler les lames pour qu’elles pénètrent plus profondément. Cela présente cependant de nombreux inconvénients.

Non seulement les lames émoussées ne coupent pas, mais elles soulèvent également de grandes quantités de terre et de sol, ce qui augmente le taux d’usure de la machine. De plus, l’enracinement subit également des dommages irréparables. C’est pourquoi il important d’opter pour un scarificateur de qualité, avec des lames auto-affûtées.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *