Débuter en kayak : guide pour bien commencer ce sport nautique

238 0
débuter le kayak

L’été vient de s’installer et avec lui, toutes les envies et les projets de sports nautiques, de baignades et d’activité en mer et en rivière. Une des plus populaires de ces dernières années n’est rien d’autre que le kayak, sport nautique par excellence. Si comme des dizaines de milliers de personnes chaque année vous souhaitez vous mettre à cette activité et acheter votre premier bateau, sachez qu’il y a plusieurs bonnes pratiques à respecter. Découvrez notre guide pour bien débuter en kayak.

Choisir le bon kayak pour débuter

Pour faire du kayak, il faut… un kayak. Cela peut paraître évident à premier abord mais sachez qu’il existe divers types d’embarcations qui portent ce nom et qui ont chacune leurs caractéristiques. Il convient donc de d’abord savoir quel type de kayak vous voulez faire.

Vous êtes situé à côté d’une rivière à rapide et souhaitez apprendre à la dompter ? Au contraire, vous habitez à côté d’un lac ou d’un fleuve plus calme ? Ou bien encore vous voulez acheter un kayak pour vos balades sur la côte pendant vos congés ?

Pour chacun de ces milieux, il existe des bateaux différents. En eau-vive, on privilégiera un bateau fermé, en plastique. Il est recommandé de s’approcher d’un club pour apprendre les bases du kayak en rivière.

En eau calme, un kayak de mer ou un sit-on-top seront adaptés, voir un bateau gonflable. En mer, si c’est pour rester près de la côte, n’importe quel kayak fera l’affaire. Pour s’éloigner à plus de 300m, il faut un kayak homologué.

La grande tendance depuis 5-6 an c’est le kayak gonflable, facilement transportable il existe même des bateaux homologués. Si le sujet vous intéresse vous pouvez consulter ce guide qui vous aidera à choisir le bon modèle.

S’équiper personnellement pour le kayak

gilet de sauvetageSi le choix du bon kayak est indispensable, cet équipement est loin d’être le seul dont vous aurez besoin pour naviguer dans des bonnes conditions. Il faudra aussi acquérir un minimum d’équipement individuel.

On commencera bien sûr par trouver une pagaie. En kayak on parle de pagaie double, avec 2 pales (contrairement au canoë où il n’y a qu’une seule pale). Il faut que celle-ci soit adaptée à votre taille. Pour des bateaux d’eau calme, on vérifie cela en tendant le bras vers le haut. Le bout des doigts doit pouvoir passer par-dessus la pale supérieure.

Cela ne s’arrête pas là. Un kayakiste digne de ce nom doit absolument être équipé d’un gilet de sauvetage sur le dos. Même si celui-ci n’est pas obligatoire pour des promenades au bord de la côte, il est fortement recommandé. En effet, les accidents de noyade liés à la pratique du kayak sont presque systématiquement sur des bords de plage et les victimes sont des personnes sous équipées et en excès de confiance.

Ensuite, l’équipement variera énormément selon le programme de navigation et le type de kayak utilisé. S’il s’agit d’un bateau ponté, il faudra prendre une jupe pour éviter que l’embarcation ne se remplisse d’eau progressivement au fil de la sortie.

Si le projet est de naviguer en mer à plus de 300 m des côtes, l’homologation implique d’emporter avec soi un minimum d’équipement de sécurité telle qu’un bout de remorquage, une carte de la zone, des outils de signalisation sonores et visuels et éventuellement un équipement de communication. Tout de dépend de la distance d’éloignement de la côte prévu (2 miles ou 6 miles nautiques d’un abri).

Préparer ses sorties en kayak

Le kayak est une activité sportive. Il est donc normal, avant de naviguer, de procéder à un échauffement des muscles qui seront sollicités. On ne parle pas uniquement des bras et des épaules mais aussi des chevilles, de la nuque et des anches qui restent très sollicités en kayak.

Au-delà de la préparation physique, il faut aussi prendre des informations sur son environnement. Le kayak se pratique en milieu naturel, il faut donc partir en connaissance de cause en se renseignant sur la météo mais aussi sur les spécificités du milieu qu’on va affronter. En rivière, on regarde les courants, les ouvrages artificiels (barrages, stations électriques, écluses…) et en mer on consultera les marées et comment les courants fonctionnent dans la zone.

Enfin, en dernier conseil, nous vous rappellerons de rester humble face à des conditions un peu forte : privilégiez de rester au chaud en cas de doute et à chaque sorte, prévenez quelqu’un de votre programme.

Pas de commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *