Les nouvelles mobilités vont-elles transformer notre quotidien ?

589 0

L’arrivée de nouvelles formes de véhicules, qu’il s’agisse de vélos, trottinettes électriques, mais aussi de voitures autonomes, est sur le point de changer notre vie urbaine et notre quotidien. La numérisation des transports, comme bien d’autres services que nous utilisons régulièrement, y compris dans le domaine du divertissement, affectera de façon significative notre société dans les prochaines années.

9 voitures sur 10 seront obsolètes dans un futur proche

Les voitures autonomes font certainement partie des inventions les plus révolutionnaires qui vont transformer notre manière de vivre dans un futur proche. Tesla, par exemple, a déjà installé un logiciel autonome dans ses voitures. Uber, de son côté, a introduit un nouveau modèle commercial pour ses chauffeurs VTC. Mais que se passera-t-il lorsque l’on combinera les véhicules autonomes et l’économie de partage ?

Nous pourrons bientôt bénéficier d’un service d’autopartage électrique à la demande. Si nous combinons les nouvelles technologies avec des transports publics de grande capacité, nous pouvons supprimer 9 voitures sur 10 dans une ville européenne de taille moyenne, selon un rapport de l’OCDE.

Les pays nordiques sont d’ailleurs parmi les premiers à se préparer à l’ère autonome. En 2018, Oslo a déployé une flotte de 10 à 50 minibus autonomes pour fournir un service à la demande entièrement intégré au reste du réseau de transport public de la capitale norvégienne. 

Cette mobilité plus intelligente permettra notamment de répondre à nos  besoins individuels et à construire un avenir durable pour demain. L’impact de notre mobilité sur l’environnement sera lui aussi moins nocif. 

Des innovations pensées pour augmenter notre sécurité 

Des camions, des bus et des voitures autonomes circulent déjà à travers le monde. La flotte de voitures autonomes de Google a parcouru 3,5 millions de kilomètres sur des routes du monde depuis 2009. A cela s’ajoute 1 milliard de kilomètres parcourus en simulation rien qu’en 2016. Tesla, GM, Volvo et d’autres constructeurs automobiles investissent désormais massivement pour se préparer à l’avenir disruptif, autonome et électrique de l’industrie automobile.

Waymo, la société de voitures autonomes de Google, déclare même que 94 % des accidents de la route aux États-Unis impliquent des erreurs humaines. Il y a eu 1,2 million de décès liés à la circulation dans le monde en 2013, soit un coût total de 1 000 milliards de dollars par an, selon le rapport de sécurité de Waymo pour 2017. 

Les voitures autonomes pourraient sauver des milliers de vies chaque année et économiser des milliards de dollars en dommages associés. Une amélioration de notre sécurité qui n’est pas sans rappeler une tendance similaire dans la numérisation des jeux en ligne, et notamment des casinos virtuels. Les opérateurs ont ainsi mis en place des dispositifs intelligents permettant non seulement de communiquer de manière plus ciblée et efficace sur les risques de dépendance aux jeux de hasard. Mais aussi de détecter plus rapidement les comportements à risques de leurs utilisateurs, afin de bloquer leur compte si nécessaire. 

Ces dispositifs, qui fonctionnent là encore grâce aux méthodes d’apprentissage autonomes et d’IA, ont donc pour effet de rendre nos pratiques plus sûres, et moins nocives pour nous-même comme pour notre environnement direct. 

Vers la fin des véhicules individuels ?

Plusieurs scénarios semblent se profiler lorsque l’on cherche à prévoir l’avenir des mobilités face à l’avènement de ces méthodes autonomes et intelligentes. Dans certains d’entre eux, les voitures pourront être utilisées de la même manière que celles que nous connaissons aujourd’hui. Les déplacements en voiture seront plus faciles, simplement parce que nous n’aurons plus à conduire nous-même. 

Dans un autre scénario, les spécialistes prévoient plutôt la prédominance d’une combinaison de véhicules individuels et de différents services d’autopartage. Un marché de la mobilité en tant que service (MaaS) se développera, les constructeurs automobiles, les sociétés de taxi et les entreprises technologiques telles que Uber et Google fournissant une large gamme de services de transport.

Une probabilité plus disruptive serait cependant de voir l’interdiction de la possession des véhicules privés. Tous les transports pourraient ainsi faire partie d’un système public intégré, comprenant tous les modes existants. Ce scénario peut sembler exagéré. Cependant, il est fascinant à analyser, car il contient d’énormes impacts positifs sur la société.

Le Forum international des transports de l’OCDE a réalisé une étude des effets potentiels sur le trafic à Lisbonne. L’étude montre que ce scénario nous permet de réduire le nombre de voitures de plus de 90 % sans impact négatif pour les voyageurs.