Constat amiable : nos conseils pour bien le remplir

4141 0

Malgré tous les efforts que nous faisons pour optimiser notre sécurité pendant nos différents déplacements, certaines situations échappent au contrôle et à l’entendement humain. Ainsi, le risque zéro n’existe pas en matière d’accidents en circulation. C’est la raison pour laquelle bon nombre de conducteurs souscrivent à une assurance pour se protéger sur le plan financier.

Cependant, il faut savoir que l’assurance n’est pas un bouclier anti-accident. Et quand cet évènement malheureux se produit, vous devez remplir un constat amiable. Ce dernier fait office de preuve auprès des assureurs. En réalité, c’est sur la base de cette pièce que vous pourrez bénéficier d’une indemnisation de la part de votre compagnie d’assurance automobile.

Toutefois, force est de constater qu’à cause du stress et de la peur, il est difficile pour la victime de garder son calme et sa lucidité pour bien remplir le constat amiable. Pour vous aider, nous vous livrons ces quelques conseils qui vous seront d’une grande utilité.

S’informer sur les différentes parties du constat amiable

Pour être en mesure de bien remplir un constat, il est indispensable de connaitre les différentes informations à renseigner de même que la procédure. Un constat possède deux parties à savoir une partie déclarative (verso) et une autre partie constat (recto). La partie constat à son tour est divisée en deux parties : une partie pour le véhicule A et l’autre pour le véhicule B.

Vous trouverez dans chaque colonne une liste de dix-sept situations possibles. Vous êtes tenu de renseigner les informations suivantes au recto :

  • La date et le lieu de l’accident ;
  • Les renseignements concernant les témoins ;
  • La présence de blessés et le type de dommages ;
  • Les informations sur les véhicules A et B (conducteur et véhicule) ;
  • La signalisation d’un ou plusieurs points d’impact sur chaque voiture ;
  • Les circonstances de l’accident (croix à cocher) ;
  • Le croquis du sinistre, avec la route ou le rond-point ;
  • Les observations et objections complétant les circonstances de l’accident ;
  • Les signatures des deux parties.

Pour ne pas être suspecté de fraude, vous ne devez plus faire de correction après que les deux parties ont été remplies et signer cette page. S’agissant du verso du constat, il demande de renseigner d’autres informations que vous pouvez faire chez vous. Vous y trouverez :

  • Les informations sur l’assuré et sur le conducteur au moment de l’accident ;
  • Les compléments d’information sur l’accident ;
  • La mention de l’existence d’un rapport de police, apportant un poids plus important au constat ;
  • Les informations de l’emplacement de l’accident pour l’expertise ;
  • Les informations sur les dommages causés aux véhicules autres que A et B, et sur les blessés.
A lire aussi :   Comment trouver la meilleure assurance pour son habitation ?

nn

Éviter au maximum de faire des erreurs dans votre constat

Nombreux sont les clients qui se voient parfois refuser leur indemnisation en raison de la présence d’une erreur dans un constat amiable. En effet, il peut arriver que des conducteurs non responsables soient pénalisés de façon injuste par des constats incomplets ou des explications insuffisantes.

Pour ne pas être confronté à cette situation, vous devez prendre le temps qu’il faut pour bien remplir le constat et le relire avant de passer à sa signature. Rappelons qu’une fois ce document est signé et envoyé, il ne peut plus être annulé. En outre, les modifications ultérieures ne peuvent pas être effectuées sans le consentement des autres conducteurs.

C’est la raison pour laquelle il est conseillé de toujours vérifier les informations saisies par le conducteur adverse en ce qui concerne les circonstances de l’accident. En cas de doutes, mentionnez-le dans la partie « Observations ».

Écrire lisiblement sur le constat

Un constat amiable est rédigé en double exemplaire soit un original et un double. Vous devez le remplir de manière claire et lisible en utilisant un stylo à bille noir de préférence. Si l’assureur a du mal à comprendre, il va attribuer des responsabilités communes partagées à 50/50.

Garder plusieurs constats amiables dans votre voiture

Il est recommandé de garder quelques formulaires de constat amiable en réserve dans votre voiture pour ne pas être pris au dépourvu. Vous pouvez aussi au préalable remplir ces exemplaires pour gagner du temps et éviter les erreurs causées par la précipitation. Il s’agira de remplir la partie concernant :

  • l’identité du conducteur ;
  • l’adresse du conducteur ;
  • les coordonnées de l’assureur ;
  • la référence du contrat d’assurance ;
  • le permis de conduire ;
  • la carte grise.

Éviter de laisser l’autre conducteur remplir l’intégralité du constat

Même si vous êtes trop pressé, fatigué ou un peu sonné par le choc, il est conseillé de ne jamais laisser les autres conducteurs remplir la partie du constat qui vous concerne. Vous ne devez en aucun cas apposer votre signature sur le bas de la page si vous n’avez pas saisi vous-même vos informations et commentaires.

Par contre, vous devez toujours contrôler le certificat d’assurance du conducteur qui se trouve sur le pare-brise de sa voiture et relever son immatriculation. Pour vérifier son identité, n’hésitez pas à lui demander son permis de conduire.

Aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *